LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN SOUHAITE UN BON MOIS DE JUILLET A TOUS SES ADMINISTRES HOTEL DU DISTRICT EST SITUE A L’INTERSECTION DU BOULEVARD DE LA REPUBLIQUE ET DE L’AVENUE DELAFOSSE    ◊    MONSIEUR LE MINISTRE-GOUVERNEUR VA TRES BIENTOT INSTALLER L’INSTITUT DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE D’ABIDJAN…    ◊   
Projet du districts autonomes

PLANNING FAMILIAL

FICHE D’IDENTIFICATION PROJET : PLANIFICATION FAMILIALE Nom du Projet : PROJET DE RENFORCEMENT DE LA PLANIFICATION FAMILIALE (PF) ET DE LA SANTE SEXUELLE ET REPRODUCTIVE (SSR) DANS LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN Autorité initiatrice : District Autonome d’Abidjan (DAA) Type d’autorité : Autorité Locale Partenaires Partenaires financiers : - Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) ; - Fondation Bill & Melinda Gates (FBMG) ; - Ville de Paris ; - District Autonome d’Abidjan. Partenaires techniques : - Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP) ; - Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MENETF) ; - ONG Equilibre et Populations. Description- localisation Les grossesses précoces et non désirées connaissent aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, une recrudescence particulière en milieu scolaire au point d’en devenir une véritable préoccupation pour les autorités politiques, les familles et les acteurs de l’éducation. Selon les rapports du Ministère ivoirien en charge de l’Education nationale, publiés chaque année par la Direction Stratégique, de la Planification et des Statistiques (DSPS), 4 471 cas de grossesses ont été recensés dans les écoles primaires et secondaires de Côte d’Ivoire pendant l’année scolaire 2016-2017 contre 4 566 en 2015-2016 et 4 922 en 2014-2015. Ces rapports révèlent également que 80 % des auteurs de grossesses sont des élèves et que la majorité des filles ayant contracté ces grossesses ont un âge variant entre 9 et 19 ans. Dans ce tableau sombre des grossesses en milieu scolaire, les quatre (4) Directions Régionales de l’Education Nationale de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (DRENET-FP) d’Abidjan arrivent à la tête du peloton de ce fléau préoccupant et persistant sur l’ensemble des 36 DRENET-FP que compte le pays. Les grossesses précoces entrainent très souvent des complications médicales et des conséquences sociales chez les jeunes mères, chez les enfants nés et dans une moindre mesure chez les pères adolescents. Du point de vue de leur santé, les jeunes mères, du fait de leur jeune âge, sont confrontées à des risques de stérilité, à des troubles obstétricaux, à des consultations et hospitalisations régulières et à un taux de mortalité élevé. Quant aux enfants nés, ils font face à des retards de langage, aux maladies psycho somatiques, à des consultations et hospitalisations fréquentes et aussi à un taux de mortalité élevé. Au plan social, les conséquences liées aux grossesses des jeunes et adolescents sont l’abandon des études, le départ de la maison, les déménagements fréquents, la prostitution, l´absence de qualifications professionnelles avec des perspectives d´emploi mince. Chez les enfants nés, on enregistre une sous-stimulation, une carence affective, la négligence, des abus physiques et sexuels. Les grossesses à l´adolescence génèrent également des coûts importants pour les systèmes de santé et les services sociaux (DSPS). Face à cette situation préoccupante, le District Autonome d’Abidjan a entrepris des consultations depuis le mois de mai 2017 avec les responsables de la santé, de l’éducation nationale et les parents d’élèves en vue de réfléchir et de trouver des réponses adéquates à ce phénomène. C’est dans cette perspective que le District Autonome d’Abidjan, suite à un Appel à projet lancé dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Initiative pour l´amélioration des services urbains clés dans les secteurs sociaux : assainissement, planning familial, réponse aux situations d’urgence », conduit par l’AIMF en partenariat avec la Fondation Bill & Melinda Gates (FBMG) et la Ville de Paris, a bénéficié de financements pour la réalisation du « PROJET DE RENFORCEMENT DE LA PF ET DE LA SSR DES JEUNES DANS LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN ». Ce projet axé sur les élèves débutera par une phase pilote et progressivement s’étendra à tous les établissements scolaires situés sur le territoire du District Autonome d’Abidjan. L’initiative pilote circonscrira ses interventions dans les établissements scolaires (Lycées et collèges) des communes de Yopougon et d’Attécoubé. Ces choix sont motivés d’une part, par les données démographiques, qui font de Yopougon la commune la plus peuplée de Côte d’Ivoire avec 1 071 543 habitants (INS, RGPH 2014), son ambiance populaire avec de nombreux maquis, boites de nuit et autres espaces publics de réjouissance, surtout la jeunesse et la vulnérabilité de sa population. D’autre part, le choix de la Commune d’Attécoubé se justifie par l’engagement accru et l’intérêt affiché par son Maire à toutes les questions liées au VIH/SIDA et à la SSR. Pour la phase pilote, 26 établissements seront sélectionnés à savoir, 9 dans la commune d’Attécoubé et 17 dans la commune de Yopougon (répartition faite en fonction de la carte scolaire des 2 communes). Secteur d’action Les secteurs d’action concernés par le « Projet de renforcement de la PF et de la SSR des jeunes dans le District Autonome d’Abidjan » se déclinent ainsi qu’il suit : 1. Activité 1 : Renforcement des capacités des Directions (DPH, DSHP, DEFP) du District Autonome d’Abidjan en matière de services de planification familiale Cette activité permettra d’améliorer les capacités des services du District Autonome d’Abidjan notamment, la Direction de la Santé et de l’Hygiène Publique (DSHP), la Direction de la Promotion Humaine (DPH) et la Direction des Enseignements et de la Formation Professionnelle (DEFP) en les dotant d’outils de planification et de suivi de la SSR afin de mieux coordonner les interventions au niveau local. 2. Activité 2 : Information et éducation à la sexualité Il s’agira dans cette phase de sensibiliser les élèves, parents d’élèves, les enseignants, éducateurs et personnel administratif des établissements sélectionnés dans les communes d’Attécoubé et de Yopougon en matière de PF et SSR. 3. Activités 3 : Formation théoriques et pratiques sur la Santé Sexuelle Reproductive Ces formations s’adresseront au personnel de santé en fonction dans les établissements scolaires ou les centres de santé scolaire (médico-scolaires). Elles permettront de renforcer les capacités des agents de santé sur l´offre de soins et de conseils en Santé Sexuelle et Reproductive. 4. Activités 4 : Dotation des centres de santé scolaire et infirmeries en produits contraceptifs Cette opération consistera à doter ou renforcer l’offre de produits contraceptifs dans les infirmeries scolaires et centres de santé afin d’en faciliter l’accessibilité par les élèves. Echelle du projet Territoire du District Autonome d’Abidjan (échelle locale) Objectifs principaux Objectif général : Accroitre le taux de prévalence contraceptive en Côte d’Ivoire Objectif(s) spécifique(s) : 1. Renforcer la coordination du District autonome d’Abidjan en matière de Planification Familiale et de Santé Sexuelle et Reproductive 2. Réduire l´incidence des grossesses en milieu scolaire dans le District d’Abidjan Effets escomptés Au niveau national : La Côte d’Ivoire a pris l’engagement d’atteindre un taux de prévalence contraceptive de 36% d’ici 2020. Toutefois, les résultats de l’étude réalisée par -Track 20- un projet financé par la Fondation Bill et Melinda Gates dans le cadre de Family Planning 2020 (FP2020), révèlent que le taux de prévalence contraceptive du pays en 2018 est de 23%. Au niveau local : (projet PF/SSR)  Les capacités du District sont renforcées à la délivrance de services de Planification Familiale et de Santé Sexuelle et Reproductive  Au moins 30 000 élèves sont sensibilisés dont 10 % pratiquent des méthodes contraceptives  La demande des méthodes PF par les adolescentes et les jeunes est accrue  L’offre des services PF dans les centres de santé et les établissements scolaires secondaires est améliorée  L’accessibilité géographique à la PF est améliorée pour les élèves  Les services offerts aux jeunes et adolescents sont en adéquation avec leurs besoins. FINANCEMENT Statut du financement - Public - Privé ETAT D’AVANCEMENT DU PROJET Autorisations légales : Convention signée entre District Autonome d’Abidjan, Ville de Paris et AIMF Entité(s) en charge de la mise en œuvre : District Autonome d’Abidjan