LE DISTRICT AUTONOME D’ABIDJAN SOUHAITE UN BON MOIS DE SEPTEMBRE A TOUS SES ADMINISTRES   ◊    L’HOTEL DU DISTRICT EST SITUE A L’INTERSECTION DU BOULEVARD DE LA RÉPUBLIQUE ET DE L’AVENUE DELAFOSSE   ◊   
DEPECHES

A 13 mois des élections présidentielles de 2020 : Ce que révèlent les bruits de couloirs, les schémas de Ouattara, Bédié, Gbagbo et Soro

:

Comme en 2010, jamais l’approche d’échéances présidentielles en Côte d’Ivoire ne suscitent tant de bruits que celles de 2020, qui s’annoncent. A 13 mois de ces échéances, la scène politiques ivoirienne connaît déjà un bouillonnement avec les préparatifs dans les états-majors des probables futurs candidats. Moins d’une décennie après la crise post-électorale de 2010, les Ivoiriens ont toujours la gorge nouée. Beaucoup redoutent encore un remake de cette crise qui aura comptabilisé des milliers de morts entre les adversaires de l’époque. Cette psychose est entretenue par la résurgence des vieux démons entre des acteurs qui se trouvent être les mêmes encore à animer la scène.

En effet, en 2020, il n’est pas exclu que les Ivoiriens se retrouvent dans le schéma de 2010 avec les mêmes acteurs en lice pour le fauteuil présidentiel. Tout porte à le croire dans le contexte actuel jusqu’à ce que la réalité démontre le contraire dans les mois à venir. Pour le moment, le bal est mené aussi bien par le président de la République, Alassane Ouattara, que par son ex-allié redevenu son farouche adversaire et rival, Henri Konan Bédié ou l’ex-président Laurent Gbagbo, qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Bédié, Gbagbo et Ouattara méfiants

Quand on l’interroge sur sa candidature en 2020, Henri Konan Bédié entretient le flou. Le président du Pdci n’écarte pas l’éventualité, mais il se réserve d’en dire plus. Selon des confidences dans son parti, le vieux de 85 ans à ce jour n’a pas l’intention de s’engager encore dans une bataille à la présidentielles qui nécessite beaucoup d’énergie pour son âge. Toutefois, il joue le jeu pour préserver son joker de toute surprise, en attendant le moment opportun pour le dévoiler au public. « Le Pdci a déjà son candidat. Mais, il faut faire très attention aux être humains. Il y a beaucoup de coupeurs de route. Si nous nous hasardons à présenter notre candidat, il risque de ne plus pouvoir circuler. Nous n’avons pas les moyens d’assurer sa sécurité… », lâchait le mercredi 14 août dernier, à une rencontre entre de cadres du Pdci-Rda, l’un des plus proches collaborateurs du président Bédié, en l’occurrence le Général Gaston Ouassénan Koné, Coordonnateur des vice-présidents du Pdci-Rda.

A en croire d’autres sources à l’intérieur de ce parti, cependant, il n’y a pas de débat. Le ‘’Sphinx’’ de Daoukro sera le candidat de son parti en 2020. Henri Konan Bédié, déchu du pouvoir par le coup d’Etat de 1999 dont il continue de ruminer la rancœur, veut se réhabiliter aux yeux des Ivoiriens. Mieux, le président du Pdci-Rda serait habité, également par autre crainte. Il redouterait qu’en dehors de lui, toute candidature d’un autre cadre que viendrait à positionner son parti ne soit invalidée par l’appareil du pouvoir. Ce qui rendrait forclose sa formation politique à ces élections qu’il s’est fixé comme l’objectif prioritaire de ces dernières années.

Selon les partisans d’une dernière bataille pour le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié est le seul garant d’une candidature effective de cette formation politique pour 2020. Ce, face à la machine et aux scénarii du Rhdp déterminé à conserver le pouvoir.

Comme Bédié, Laurent Gbagbo, qui s’avoue pas vaincu au scrutin de 2010, n’a pas encore ravalé sa rancune. L’ex-président ivoirien, jugé et acquitté devant la Cour pénale internationale (Cpi) pour crime contre l’humanité, n’écarte pas la possibilité de prendre sa revanche sur l’histoire. A savoir se présenter pour les échéances à venir s’il obtenait, dans les semaines et mois à venir, sa totale liberté liée à l’introduction d’un recours ou non du Bureau du procureur de la Cpi sur le jugement rendu en sa faveur.

De son côté, Alassane Ouattara, qui termine son second mandat, veut lâcher le pouvoir. Mais, pas à n’importe quel prix. Le président sortant hésite à renoncer à une troisième candidature. M. Ouattara donne l’air d’attendre d’avoir l’assurance que la continuité sera assurée avec ses partisans, qui s’y préparent activement, avant de se décider.



Vétérans out !

Dans la foulée, l’actuel tenant du pouvoir surveille les élans de ses opposants. Notamment son ex-allié, Henri Konan Bédié, qu’il soupçonne de vouloir lui succéder. A plusieurs tribune, Alassane Ouattara essaie de l’en dissuader en invoquant le passage du flambeau à « une nouvelle génération ». Récemment, dans l’entretien qu’il a accordé à la télévision ivoirienne, le 6 août dernier, à la veille de la célébration du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, il lâchait péremptoire à toute l’opinion : « Le président Bédié a 10 ans de plus que moi, il n’a pas dit qu’il est candidat. Il ne faut pas lui mettre des choses dans la bouche. Moi, je lui ai parlé. Il n’a pas dit qu’il est candidat. Bêh, on attend ».

En sourdine, le président ivoirien laisse comprendre qu’il ne se présenterait plus. Mais, en plus, il milite pour qu’aucun vétéran ne prétende à sa succession. Quand il annonce de petites choses à changer dans la Constitution votée il y a trois ans, le 8 novembre 2016, Alassane Ouattara ajoute à cet effet: « Nous sommes un certain nombre à avoir un certain âge. Peut-être devrions nous réfléchir à ce que nous pouvons donner à notre pays au-delà d’un certain âge». Un pan de son idée qui laisse entrevoir ce qui se trame dans l’esprit du chef de l’Etat. A savoir, penser un autre avenir pour les vétérans en dehors de la conquête du pouvoir. On pense toute de suite à un éventuel retour de la limite d’âge pour les candidats à la présidentielle. Un verrou qui a été sauté dans la nouvelle Constitution en vigueur.

Des indiscrétions au sein de l’hémicycle et dans les couloirs du Palais confirme cette éventualité. Laquelle fait monter des voix au Pdci où l’on soupçonne l’ex-allié de comploter pour écarter Henri Konan Bédié son rival.

Mais, dans les faits, une modification de la constitution avec le retour de la limite d’âge naguère fixée à 75 ans mettrait out tous les vétérans de la scène politique ivoirienne. En l’occurrence les éternels protagonistes des crises successives, dont Alassane Ouattara, lui-même. A 75 ans révolus le 31 mai 2020, Laurent Gbagbo ne pourrait plus prétendre à un retour aux affaires. Idem pour Alassane Ouattara, qui célèbre ses 78 ans le 1er janvier de la même année et Henri Konan Bédié, qui souffle ses 86 bougies le 05 mai suivant.



Gon, Billon, Soro et Blé Goudé, à qui le flambeau ?



A qui le flambeau en 2020 ? C’est là la question, en cas de désaffection des ‘’aînés’’. Au Rhdp, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est déjà à la manette, avec une bénédiction qui ne dit pas son nom de son mentor Alassane Ouattara. Au Pdci-Rda, tout semble au ralenti avec Jean Louis Billon de moin en moins visible et audible, Charles Diby Koffi toujours dans sa tanière, ou Thierry Tanoh immergé dans l’ombre de son oncle Henri Konan Bédié.

A côté de ces personnalités peu ou proue en avant, Guillaume Soro, avec ou sans limite d’âge dans la Constitution, se tient à l’affût de ces aînés. L’ex-président de l’Assemblée nationale déchu par ses ex-camarades du Rhdp veut le fauteuil présidentiel. Il ne sen cache plus et le clame si haut à qui veut l’entendre : « J’ai 47 ans, je ne suis plus jeune. Je sais ce que je veux pour moi. Je ne serai sous la tutelle de personne. », martelait-il le 10 août dernier, devant ses partisans de Paris à qui il a annoncé sa candidature.

Ancien chef de l’ex-rébellion, ministre d’Etat et Premier ministre, l’ancien leader de la Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire (Fesci), qui a été le dauphin constitutionnel d’Alassane Ouattara de Mars 2012 à février 2019, pense que son heure a sonné.

Son ancien binôme, Charles Blé Goudé, qui jouit d’une liberté sous condition comme son mentor Laurent Gbagbo acquitté de la Haye, demeure, lui-aussi, dans le starting bloc. Mais, le président du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) élu le samedi dernier, cache bien son jeu. L’ancien leader de la Galaxie patriotique ne veut pas compromettre ses chance de sortie définitive des griffes de la Cpi. Mais, Charles Blé Goudé affiche bien ses ambitions. Pour 2020, à défaut d’un Laurent Gbagbo engagé dans la bataille, rien n’exclut que son poulain ne prenne son bâton de pèlerin, galvanisé par l’élan de sympathie qu’aurait créé son acquittement et sa sortie de prison – si elle est effective - après les longues semaines de procès devant la Cpi.

Autant le dire tout net avec ces schémas que beaucoup de choses se profilent à l‘horizon. 2020, c’est demain. Mais, un lendemain encore lointain qui réserve beaucoup de surprises à tous les observateurs de la vie politique en Côte d’Ivoire. Vivra, verra !



23. Aoû, 2019